Mairie de Paris
reinventer.paris Les dessous de Paris

Ancien poste de transformation Enedis dit "nation1" (11e)

Réserver une visite

Merci de compléter le formulaire ci-dessous pour réserver une visite pour : Ancien poste de transformation Enedis dit "nation1" (11e)

Il est demandé aux équipes de limiter leur participation à 4 personnes maximum par visite.

Les candidats doivent s'engager à ne pas venir en nombre supérieur à celui qu'ils indiquent en s'inscrivant.

L'inscription à une visite doit se faire au plus tard avant 18 heures la veille de la visite concernée.

Transfert en cours

* Champs obligatoires

67-69 Boulevard de Charonne (11ème arrondissement), cet ancien poste de transformation Enedis, dit "Nation 1" est propriété de la Ville de Paris. Il occupe la même parcelle que deux autres bâtiments qui resteront utilisés par ENEDIS. Emblématique de l'architecture industrielle des années 1930, le bâtiment Nation 1 offre de grands volumes dont une nef de 25 m de haut éclairée zénitalement. Ce bâtiment développe 6 000 m² de plancher dont 1 500 m² en sous-sol.
Partager
Visite du site
Contraintes particulières : compte tenu des caractéristiques de ce site, les candidats doivent se munir de chaussures plates (bottes éventuelles pour la visite du toit terrasse si le temps est pluvieux)


Visiter
Poser une question

Vous avez une question, vous souhaitez une précisions sur ce site, le formulaire ci-dessous est à votre disposition.
Une réponse vous sera adressée par mail.

Localisation

Localisation

69 boulevard de Charonne

75011 Paris

Propriétaire

Ville de Paris

Typologie

Bâtiment, En sous-sol

Idées et contributions
Cet espace vous offre la possibilité de donner votre avis, d’apporter votre contribution sur la transformation de ce lieu proposé à l’appel à projets urbains innovants, en remplissant, le formulaire ci-joint.

CA SAS27/10/2017 11:33

Chers voisines, chers voisins,

Désireux de changer la destinée de ce site emblématique, plusieurs acteurs parisiens se sont réunis dans le groupe CASAS pour imaginer un nouvel avenir pour le Poste de transformation « Nation 1 ».

Parce que souhaitons le réinventer avec vous, nous avons préparé un petit questionnaire :

https://goo.gl/forms/PriAHQolgjEiPY2m1

Merci beaucoup pour faire déjà partie de ce rêve que nous partageons tous.

Sincèrement,
L’équipe de CASAS
contact : casas.nation@gmail.com

claire Calmel19/10/2017 10:16

Un centre culturel serait une excellente idée et dans un sens intergénérationnel où petits et grands auraient plaisir à se retrouver. Un cinéma pourrait compléter l'offre du cinéma MK2 nation, cinéma fort prisé des gens du quartier. Dans un sens environnemental je pense qu'un mur végétalisé sur toute la façade nord (côté impasse du bureau) apporterait un côté esthétique à la rue. Et le toit pourrait lui accueillir des ruches et des maisons à insectes afin de renforcer la protection des abeilles et insectes. Habitante de l'immeuble mitoyen l'ouverture du toit pour des soirées serait un important facteur de nuisances sonores et nous espérons que vous serez vigilants à cela ainsi qu'aux ventilations souffleries qui devront être dans les normes acoustiques.

frédéric geraud17/10/2017 21:42

Un lieu d'échange et incubateur de créations citoyennes, mélangeant les savoirs faire. A titre personnel je pourrais mettre à disposition mon savoir faire et matériel, en création vidéo pour permettre à des citoyens d'exprimer une parole audible par exemple des réseaux sociaux. Bien à vous. Frédéric GERAUD (habitant du 20eme / rue de la réunion)

Chantal Guyot17/10/2017 07:58

Bonjour,
Trop peu de commerces de bouche de qualité dans le quartier. Pourquoi ne pas ouvrir une halle alimentaire comme il en existe déjà dans le 10e et le 14 arrondissement. Des produits frais, bio, accessibles à tous, issus des circuits courts et solidaires des producteurs de l'Ile de France.
Mais pas d'aménagement du toit pour éviter les nuisances sonores.
Un mur végétalisé côté impasse du Bureau serait une bonne idée.

Antoine Robin16/10/2017 18:11

Chères voisines, Chers voisins,

Nous venons vers vous aujourd’hui pour vous demander ce que vous souhaiteriez faire du bâtiment « Nation 1 » (Ancien poste de transformation EDF situé au 69 Bd de Charonne).

Dîtes nous tout via le formulaire en ligne : https://goo.gl/forms/aAYBX3qpbvzlxMme2

En effet, Nation 1, bâtiment emblématique du quartier, fait partie des sites disponibles dans la 2ème édition de l’appel à projets « Reinventer Paris : les dessous de Paris » visant à transformer les souterrains de Paris et à révéler tout leur potentiel.

Notre ambition : en faire un lieu de vie, un lieu qui vous fait du bien. Un lieu fait POUR vous et AVEC vous !

Nous sommes également à votre écoute pour connaître vos souhaits pour le devenir du bâtiment « Nation 1 ».

En vous remerciant par avance pour votre attention et votre aide!

Le Groupe Charonne
Antoine + Pierre + Florian + Guillaume

Anne L.08/10/2017 20:58

Cela fait longtemps que je passe devant le poste Nation, que j'admire son architecture art déco industriel, que j'essaie d'apercevoir l'intérieur, que j'envie les gamins qui arrivent à monter sur le toit certains jours ensoleillés...
Le poste Nation peut devenir un lieu ouvert sur le quartier, comme le 104 l'a réussi, avec des cours, un espace accessible aux activités de chacun. Quelques salles de cinema seraient vraiment bienvenues puisque le MK2 Nation va fermer. Il pourrait y avoir un café sur le toit (sans musique et fermant à minuit: c'est la musique qui fait du bruit, pas la conversation des gens). Le grand volume du hall peut rendre imaginatif: à Londres, l'ancienne salle des turbines de la Tate Modern est utilisée pour des expositions (gratuites) de grandes oeuvres contemporaines qui ne désemplissent pas. Il n'y a aucun lieu culturel dans l'est de Paris, ce lieu est l'occasion de rêver et d'être un peu ambitieux!

Sandrine L.05/10/2017 17:12

Bonjour,
Le batiment a des atouts majeurs de part sa superficie et ses volumes. Néanmoins, le quarier a besoin de "reconnaissance" et de propreté. Il y a très peu de lieu culturel, de rencontre, d'échange a proximité. L'idée d'avoir un espace de coworking,culturel avec une médiathèque,une bibliothèque,école de musique,de relaxation, de méditation... me semble une excellente idée.Que ce lieu reste calme et attrayant! et qu'un bon nombre de personnes puissent y trouver un intérêt. L'aspect extérieur a tout aussi son importance, pourquoi pas un mur végétalisé coté passage du bureau ?
Et je rejoins plusieurs avis, pas d'activité sur le toit qui serait source de bruit assuré pour le voisinage. Merci d'en tenir compte.

Richard FRANCO03/10/2017 15:21

Bonjour
Au regard de la superficie de ce superbe bâtiment, un lieu de vie multiculturel peut répondre à divers besoins : un espace de rencontre et de création artistique pour les enfants et leur famille - un espace d'exposition - un espace ouvert pour des designers (type coworking) qui travaillent beaucoup sur l'évolution de la ville en contact avec les populations.

MICHELLE CANTAT02/10/2017 14:40

Bonjour,
je suggère que le site s'inscrivant à la fois dans l'histoire de l'est parisien et dans son avenir, devienne un pôle qu'on pourrait appeler, sans modestie, "académie du patrimoine vivant". son but serait de maintenir et mettre en valeur le savoir faire spécifique à notre quartier.
l'idée serait de créer à la fois une ruche de jeunes entrepreneurs qui souhaitent s'engager dans une vie professionnelle en rapport avec les activités historiques de l'est parisien et un lieu commercial et d'exposition où seraient valorisés leur travail, dans tous les sens du terme.
Le site serait aménagé de telle sorte que les jeunes entrepreneurs, qui pourraient être des artisans invités, (pour 3 ans par exemple, le temps de se faire une clientèle,) bénéficient d'un atelier et d'une réserve en sous sol. J'imagine les ateliers installés autour de l'espace en rez de chaussée et en coursives; le volume central serait muni en partie haute de rails qui permettraient aux artisans d'exposer leurs travaux en hauteur. ceci concernerait par exemple :
- les métiers liés au travail secondaire du bois ( doreur, laqueur, tapissier, maroquinier etc...) en rapport avec les formations de l'école Boulle ou du centre de formation passage Turquetil
- les métiers liés au spectacle : couturier(e)s stylistes, décorateur, facteurs d'instruments en rapport avec les formations pour adultes proposées à l'école Bouvines ( costume de scène) ou au centre de formation Belleville
- les métiers du spectacle : la surface des sous sols permet peut-être d'imaginer des studios d'enregistrement ou de montage.
ce lieu serait en quelque sorte un grand marché du patrimoine vivant, ouvert à tous, outil patrimonial, pédagogique et commercial.
j'imagine l'espace central en rez de chaussée aménagé en espace pouvant recevoir des expos, des rencontres thématiques sur les métiers représentés, des partages de création à regarder, à entendre, sur lesquelles danser, issues des studios.
Une expo permanente de photos, témoins de ce patrimoine vivant passé et présent, pourrait prendre place sur le toit.
qu'en pensez vous?

Etienne BRULEY02/10/2017 11:56

CENTRE NATIONAL D’ECOLOGIE URBAINE

Coopérative publique et privée de recherches et d’applications sur l’écologie, la solidarité, et le développement durable pour le bien être en milieu urbain
Le constat et les enjeux :
Les enjeux liés au bien-être urbain en lien avec l’environnement et le lien social deviennent de plus en plus prégnants et correspondent à un défi majeur pour l’avenir des villes. La profusion d’études, de recherches et de réflexions en lien avec ces thématiques réalisées par de nombreux organismes indépendants face au peu d’actions menées sur les territoires urbains ne répond pas à l’urgence de ces enjeux. Ces réflexions ne sont malheureusement pas toujours accessibles pour les décideurs, acteurs publics ou privée ou encore pour le citoyen.
Ces thématiques devraient être approfondies, expérimentées, concertées dans une démarche interdisciplinaire, citoyenne et participative. Une telle démarche permettrait d’une part une meilleure prise en compte des problématiques environnementale et social dans les projets urbains par les décideurs mais aussi une meilleur cohérence et acceptation des citoyens. Ceci dans le but d’éviter une grande perte d’intelligence et d’énergie qui à notre époque devient insupportable.
Le besoin d’une structure transversale qui regroupe, synthétise, exploite et partage ces données doit être considéré, c’est cela que nous proposons pour le projet de réhabilitation de l’ancienne direction de l’urbanisme de Paris.
L’objet et la finalité :
L’objet de cette coopérative est de :
• Regrouper et réaliser les études et recherches afin d’en avoir une synthèse et créer des synergies ;
• Créer des ateliers de mise en œuvre concrète en se basant sur ces études et recherches ;
• De communiquer, former, informer les professionnels, les entreprises, les collectivités et le public ;
• Transmettre aux décideurs des faisabilités et modes opératoires afin qu’ils réalisent les projets ;
• De dynamiser toute les énergies et les projets publics ou privés dans le domaine de l’écologie urbaine.
Les champs investis :
• Ecologie urbaine
• Biodiversité
• Agriculture urbaine
• Services écosystémiques urbains
• Transports et leurs implications
• Constructions de tous types de programme
• Rénovation patrimoniale
• Nature en ville (Lignes verte, Lignes bleu…)
• Utilisation des délaissés urbains
• Densification raisonnée petite couronne
• Solidarité à tous niveaux
• Mutualisation des espaces et des services
• Durabilité des équipements et constructions
• Réseaux / Alimentation / Distribution
• Education sur l’écologie la solidarité et le bien être
• Culturel : mutualisation et diffusion
• Limitation des déplacements
• BIM environnemental
• Energie et économie
L’organisation :
La structure de cette coopérative s’organisera autour de 3 grands pôles qui seront soutenu par plusieurs services multimodaux afin de mutualiser les intelligences.
Pôle études et recherches :
Ce pôle regroupera l’ensemble des organismes de recherche déjà existants, d’autres seront créés en fonction des besoins. Il fera une analyse des études déjà réalisées et Il orientera les nouvelles recherches en fonction des objectifs de la coopérative. Un groupe travaillera au sein de cette entité pour assurer une transversalité des recherches et activer les synergies. Un comité décidera des études à porter à la réalisation. Une cellule d’observateurs ou vigie scrutera les différentes études et réalisations faite de par le monde pour enrichir le savoir de la coopérative.
Pôle atelier de réalisation :
Ce pôle composé d’ateliers qui à partir des études mettront en place des modes opératoires pour la réalisation des projets. Ils élaboreront à partir de cas concrets des faisabilités dans les domaines technique, pratique. C’est actuellement le chainon manquant pour passer de la théorie à la pratique. Le but de ce pôle est de transmettre aux décideurs tant privés que publics des solutions adaptées à la réalité du terrain. Un observatoire et suivi des actions en cours sera aussi créer.
Pôle information, formation, communication :
Cette cellule aura pour buts d’informer des études et recherches en cours et finalisées tant le grand public que les acteurs de chaque secteur par l’organisation de conférences et de tables rondes. Elle fera de la formation aux professionnels concernés par les projets. Elle assistera aussi les écoles de tous niveaux (maternelles à l’université) sur les savoirs et les objectifs d’écologie et solidarité urbaine que pratiquera la coopérative. Elle sera le relais indispensable entre le pôle atelier et réalisation et les décideurs afin de leurs faires comprendre les objectifs et les bienfaits des actions proposées. Elle aidera les collectivités à diffuser et à communiquer sur ces projets par le biais des conseils de quartier et des groupes de travail avec les entreprises.
D’autres cellules aideront à la vie de la coopérative comme :
- Service d’aide juridique
- Gestion et recherche des partenaires
- Appuis techniques et technologiques
- Services généraux
- Service administratif et financier
- Comité éthique
La forme :
La structure de cette organisation serait une coopérative de service public/privé (statut à créer).
Ce statut permettra d’intégrer d’une part des partenaires publics qui sont déjà dans cette mouvance et d’autre part des associations ou entreprises motivées qui peuvent apporter leurs compétences et savoir-faire. Chaque partenaire aura un pouvoir égal afin de ne pas créer de groupe de pression qui nuirait à l’objectif de cette coopérative.
La coopérative devra impérativement être indépendante des pouvoirs et politiques et industriels afin de ne pas se soumettre au grès des différents vents de ces pouvoirs et des modes.
Le financement :
Les partenaires publics adhèreront à cette coopérative par des mises à disposition de personnes qualifiées et motivées. Les associations seront invitées logées à titre gratuit et des moyens techniques leurs seront donné en contre partie des études menées.
Les entreprises partenaires pourront participer sois par des mises à disposition de personnes qualifiées soit par une contribution financière soit par la participation aux actions menées dans leur domaine respectif.
La ville de Paris et les collectivités locales de la 1ère et 2nd couronnes concerné par ce projet participeront en fonction des aides que la coopératives leurs procurent.
La ville de Paris sera un contributeur privilégié par la mise à disposition du bâtiment et de son terrain.
Le Grand Paris par sa participation à la rénovation du bâtiment.
Le Ministère de la Transition écologique et solidaire par sa participation aux frais de fonctionnement de la coopérative.
Le bâtiment :
L’ancien poste de transformation du 67-69 Boulevard de Charonne (11ème arrondissement), bâtiment emblématique de l'architecture industrielle des années 1930, par ses grands volumes dont une nef de 25 m de haut sera le lieu idéal pour ce centre.
Sur 6 000 m² de plancher le centre pourra pleinement s’exprimer.
Partenaires :
Ville de Paris et ses services techniques, Le Ministère de la Transition écologique et solidaire, Région IDF, Grand Paris, ADEME, ANAH, PUCA, APUR, FNDB, DAU, Pavillon de l’Arsenal, Ecoles d’Architecture / Pôles de recherche, MNHN, CNRS, LADYSS, Collège de France, AIRPARIF, NatureParif, CREDOC, STIF, RATP, SNCF, ENEDIS, Crédit coopératif, , Rectorats de Paris- Créteil, Versailles…, Cité des sciences de la Villette, RMN, Théâtres Parisiens…, Associations environnementales et sociales, Fondation Abbé Pierre, Secours Catholique…, ICOMOS, Industriel de la construction…

Claire Talou01/10/2017 18:00

Le quartier manque effectivement d’un lieu culturel.
Nation 1 pourrait devenir un lieu d’exposition comme au 104. Il pourrait mettre à disposition des salles de répétition, des salles de cours (danse, musique, langues, …), une médiathèque, un café philo. Il pourrait également disposer d’une salle de conférence afin d’y organiser des conférences sur des sujets culturels. Pourraient également y être organisées des performances artistiques.
Nation 1 pourrait devenir un espace de culture, d’apprentissage, de partage et ainsi apporter au quartier de l’animation, de l’activité « positive », pour ses habitants et plus largement pour les parisiens.

MICHELLE CANTAT30/09/2017 14:46

Bonjour,
je suggère que le site s'inscrivant à la fois dans l'histoire de l'est parisien et dans son avenir, devienne un pôle qu'on pourrait appeler, sans modestie, "académie du patrimoine vivant". son but serait de maintenir et mettre en valeur le savoir faire spécifique de notre quartier.
l'idée serait de créer à la fois une ruche de jeunes entrepreneurs qui souhaitent s'engager dans une vie professionnelle en rapport avec les activités historiques de l'est parisien et un lieu commercial et d'exposition où seraient valorisés leur travail, dans tous les sens du terme.
Le site serait aménagé de telle sorte que les jeunes entrepreneurs, qui pourraient être des artisans invités, (pour 3 ans par exemple, le temps de se faire une clientèle,) bénéficient d'un atelier et d'une réserve en sous sol. J'imagine les ateliers installés autour de l'espace en rez de chaussée et en coursives; le volume central serait muni en partie haute de rails qui permettraient aux artisans d'exposer leurs travaux en hauteur. ceci concernerait par exemple :
- les métiers liés au travail secondaire du bois ( doreur, laqueur, tapissier, maroquinier etc...) en rapport avec les formations de l'école Boulle ou du centre de formation passage Turquetil
- les métiers liés au spectacle : couturiers stylistes, décorateurs, facteurs d'instruments en rapport avec les formations pour adultes proposées à l'école Bouvines ( costume de scène) ou au centre de formation Belleville ( ancienne école)
- les métiers du spectacle : la surface des sous sol permet peut-être d'imaginer des studios d'enregistrement ou de montage.
ce lieu serait en quelque sorte un grand marché du patrimoine vivant, ouvert à tous, outil patrimonial, pédagogique et commercial.
j'imagine l'espace central en rez de chaussée aménagé en espace pouvant recevoir des expos, des rencontres thématiques sur les métiers représentés, des partages de création à regarder, à entendre, sur lesquelles danser, issues des studios.
Une expo permanente de photos, témoins de ce patrimoine vivant passé et présent, pourrait prendre place sur le toit.
qu'en pensez vous?

catherine Paulet27/09/2017 20:03

bonjour
je souhaiterais un grand espace culturel avec salles de cinéma et théâtre,le quartier nation étant pour l'instant un désert culturel (le cinéma MK2 nation devant fermer ses portes prochainement); la médiathèque Hélêne Berr étant éloignée); il serait bon d'y ajouter également dans la mesure du possible une salle de concert:pas d'installations sportives ni marché couvert redondant avec le marché Alexandre Dumas et la place de la Réunion; je ne crois pas que tout cela perturberait la tranquilité des riverains mais donnerait de la vie au quartier

fatna aïn seba22/09/2017 21:36

Bonjour

je souhaiterais une médiathèque avec un espace expositions.
Surtout pas d'activité sur le toit. La TRANQUILLITE des riverains est une PRIORITE ABSOLUE !!

Sandrine Rousseau22/09/2017 19:57

Ce lieu serait l idéal pour un pôle culturel dans le quartier.Une académie de musique danse et théâtre avec des studios de répétitions avec piano accessibles aux habitants du 11e.(Les espaces pour travailler son instrument sont très peu nombreux).
La création d une salle de spectacle pourrait être aussi intéressante.
Par contre en tant qu habitante proche du lieu je pense qu' aucune activité ne doit avoir lieu sur le toit cela est bien trop bruyant pour les riverains dont les logements sont proches.Il est important de créer un lieu qui respecte la tranquillité du quartier.

Dominique Maisonnave21/09/2017 15:24

J'habite boulevard de Charonne côté 11°, belle artère frontière entre les 11° et 20° arrondissements, loin des centres, aux confins de ces territoires donc un peu délaissée et où il ne se passe rien en dehors des 2 marchés hebdomadaires, vie sociale niveau zéro, vie culturelle niveau zéro. La crèche et la maison de santé du programme Paris-Habitat n'ont rien amélioré.
Je n'ai pas la solution, l'idée de marché couvert me plaît bien, celle de cinémas aussi donc d'équipements qui profitent aux habitants de ce "quartier", qui le font vivre, qui le rendent vivant et attrayant. Donc pas spécialement des incubateurs de start up, centres de formation, maison du bois, du luxe ou autres, où on vient pour son boulot et dont on ressort pour rentrer chez soi, ailleurs. Il faut faire sortir le projet des murs de ce bâtiment pour qu'il investisse le boulevard, le faire sortir du 11° pour prendre en compte les besoins, désirs des habitants du 20° proche, le boulevard est une limite administrative mais les gens sont les mêmes d'un côté et de l'autre. Il ne faut plus que ce boulevard soit une coupure mais au contraire devienne un lien dont le centre pourrait être Nation 1.

Brigitte DIAZ20/09/2017 22:59

Bonjour,
Je verrais pour Nation 1 une réhabilitation qui pourrait devenir emblématique de l'efficacité énergétique et du respect de l'environnement. Elle s'intégrerait dans un projet de réaménagement végétal du bd de Charonne.Le bâtiment pourrait devenir un lieu de culture, de découverte et d'innovation ouvert sur le quartier, c'est-à-dire avec une dimension de gratuité (bibliothèque, expositions, documentaires, conférences...) et de convivialité (ex : les "anticafés"). La thématique principale des activités proposées pourrait être l'articulation entre l'histoire industrielle et la découverte des innovations, ex. l'intelligence artificielle, qui vont modifier notre quotidien et les métiers du futur. Le projet pourrait offrir des espaces pour le développement d'initiatives autour de l'économie positive et solidaire. Il pourrait inclure une pépinière pour aider à la création de micro-entreprises dans ce domaine.
Ce lieu insolite et austère peut devenir un pôle d'animation du quartier (voire plus) favorisant un croisement des générations et des curiosités.
BD

Sophie Sophie19/09/2017 09:22

Pas de bars ou d' événements sur les toits! On n' est pas à New York, les immeubles voisins sont trop proches pour ça.
L' idée de médiathèque est intéressante, à compléter avec une ludothèque ( il n' y en a pas dans le 11ème)ouverte aux scolaires jusqu' au lycée: le jeu est un excellent moyen d' apprendre sur les autres et sur soi. Un bel endroit pour un lieu de culture en tout cas.

Bruno PELLETIER18/09/2017 00:08

Bonjour,
Ce superbe bâtiment doit être intégré à une réfexion plus globale sur le boulevard de Charonne qui est un "non lieu"...
Il faut redynamiser ce quartier et ce bâtiment pourrait en être le point de départ.
Donc un vrai lieu de vie, d'échanges quotidiens pour les habitants. Et quoi de mieux qu'un marché couvert aux larges amplitudes horaires, avec de petits espaces de restauration rapide de qualité? Un lieu pour apprendre le "bien manger", simple et économique.
Ce qui n'empêcherait nullement d'y introduire d'autres espaces modulables.
Le marché Alexandre Dumas pourrait ainsi y migrer et libèrerait l'espace pour enfin requalifier le boulevard de Charonne.
Il faut éviter toute muséification. Et l'offre culturelle dans l'arrondissement est déja fort riche.

Valérie BOUTANT16/09/2017 13:46

Bonjour, habitante du passage, j'aimerais beaucoup un espace culturel pluridisciplinaire, le lieu semble particulièrement adaptable pour des studios de répétition de musique en sous-sol et salles de concerts, les espaces éclairés sont appropriés aux arts plastiques, et les volumes doivent permettre de construire une ou plusieurs salles de spectacles et événements. Le passage est aujourd'hui sombre et peu avenant à la nuit tombée avec la face nord aveugle du bâtiment, donnez-lui des couleurs sans trahir l'architecture initiale qui est en effet splendide !

Marc Batailley16/09/2017 12:33

Bonjour,
Ce magnifique lieu est à conserver.
Il a pour caractéristique d'être dans un quartier qui manque d'activités culturels et de loisirs.
En dehors de la façade sur le boulevard, les murs n'ont pas de fenêtre, ce qui est particulièrement adaptée pour des salles de cinéma et une salle de théâtre/danse.
Un mur d'escalade pourrait également y être associée.
Enfin le toit terrasse peut devenir un restaurant Rooftop.
Ce concept peut rendre attractif le quartier et profiter aux bars et restaurants du boulevard de Charonne.

catherine ver12/09/2017 11:57

Garder la façade qui est magnifique. créer un espace vert qui manque énormément dans le 11eme et qui soit autorisé aux chiens tenus en laisse. Il n'y a aucun endroit pour eux.
Merci, il y a tellement plein d'immeubles ou bureaux vides à louer.

vincent bruand11/09/2017 21:53

Bonjour, le quartier manque d'un lieu culturel qui lui serait propre. Toutes les bibliothèques proches appartiennent finalement à d'autres quartiers, de mêmes pour les centres d'animations. La densité du quartier fait qu'il manque un lieu commun. La taille du bâtiment permettrait éventuellement d'en distinguer plusieurs usages possibles combinant d'ailleurs plusieurs des solutions proposées sur ce site (lieu accueillant des associations luttant contre les violences faites aux minorités, mais aussi bibliothèque, lieu de concert et de fêtes, espace d'accueil des groupes musicaux, lieu de danse, centre de formation, etc...) bref une vraie maison de la Culture sous toutes ses formes. Un mélange potentiel entre la Gaîté lyrique, le 104, un centre d'animation et une bibliothèque...

laura lardy29/06/2017 12:56

Bonjour, je suis Laura Lardy, juriste et présidente de l'association de lutte contre le viol.
Je travaille égamement auprès d'association LGBTI et anti raciste.

Je pense qu'il serait formidable d'avoir un local qui héberge à la fois des associations de lutte contre les violences faites aux minorités et des avocat.e.s spécialisé.e.s dans leur défense (discrimination au travail, violence conjugale, viol...)

Je travail sur ce projet depuis plusieurs mois et ce serait fantastique que la ville de paris me permette de le réaliser.

Cordialement, L.L

laura lardy29/06/2017 12:29

Je suis juriste, et également président de l'association de lutte contre le viol, et militante auprès des associations LGBTI et anti racistes.

Ce local serait parfait pour héberger des structures associatives, ainsi que des avocat.e.s spécialisé.e.s en droit du travail (discrimination), droit pénal (violence conjugales, viol, agression...) ; qui pourraient travailler main dans la main dans l'accompagnement des victimes.

Je porte ce projet depuis plusieurs mois et j'espère vivement qu'il verra le jour grâce au concours de la ville de paris.

Cordialement, L.L

Aymeric BLANCHARD11/06/2017 19:19

Bonjour à tous,

C'est indéniablement un magnifique bâtiment avec un formidable potentiel du fait de sa grande nef et de son volume.

Il serait intéressant de mettre en place un lieu d'échange qui attirerait différents profils pour dynamiser le quartier.

Pourquoi pas créer des espaces de co-working loués par la mairie de Paris. En effet, on pourrait transformer ce batiment en incubateur pour des start-up travaillant sur des domaines innovants et culturels.

De plus, le batiment a un très gros potentiel festif. Il dispose d'un toit qui pourrait être facilement transformable en roof-top accueillant des événements after-works.

Nicolas H.10/06/2017 13:48

Bonjour,

Je pense que l'endroit serait idéal pour un marché couvert multi-usages avec des magasins temporaires et des espaces de restauration.

Une autre option pourrait être un cinéma adossé à une bibliothèque, une salle d'escalade ou de tennis, car l'offre est limitée à proximité.

On pourrait aussi penser à une mini-ferme pédagogique qui pourrait accueillir les écoliers des arrondissements voisins.

Christian GELIS06/06/2017 20:33

Bonjour à tous,

Cet espace pourrait devenir un lieu culturel d'échange et de découverte.

Fort de notre expérience avec notre plateforme musicale, nous voulons aller plus loin dans la mise en avant des artistes.

Dyskit est une plateforme qui vise à soutenir les artistes indépendants qui ne possèdent pas les mêmes outils de communication que les autres artistes et groupes connus.

Ce lieu permettrait de créer un lien direct entre les artistes et le public, il offrirait un espace dans lequel le public pourrait les découvrir en live.

Ce lieu serait adéquate pour accueillir des évènements (concert, soirée, conférence). Il permettrait également de mettre en place une guinguette musicale les week-ends.

Il pourrait y avoir des studios de répétitions et d'enregistrements, mis à disposition pour accompagner les artistes dans leurs développements.

Egalement, un espace d'incubation/co-working pour accompagner les start-up qui proposent un service, produit innovant sur le thème de la musique.

Et bien sûr, trouver un "restaurant/café" proposant des produits bons, bio et équilibrés.

vincent Cotte06/06/2017 15:44

Création d’un lieu de pratiques culturelles, sociales, environnementales et de vivre ensemble rassemblant :
- Un pôle de pratiques musicales, de professionnalisation, de retransmission en streaming et de production
- Une recyclerie de matériel audio, un lieu d’apprentissage technique et d’insertion vers des formations qualifiantes et de l’emploi
- Un espace d’expositions et de show cases, de promotions culturelles et de services
- Un lieu de petite restauration et de convivialité, de dégustation de boissons et d’alcools non distillés, de relais de produits en dépôt type AMAP
La dynamique recherchée est la création de valeurs par la mise en synergie des différentes activités pratiquées. Cette dynamique pourra s’étendre vers de la résidence d’artiste comme de l’hôtellerie « sociale », et englober de nouvelles rencontres vertueuses.

Nicolas Delorme30/05/2017 23:22

Les bibliothèques sont des lieux apaisants, agréables ; ce sont des lieux de méditation, de travail et de recherche. Cependant les Bibliothèques Universitaires sont souvent surchargées, tout comme les bibliothèques publics.

Nous pourrions réhabiliter cet espace en bibliothèque/médiathèque.

il s'agit de proposer un espace calme lumineux afin de proposer à tous de venir travailler dans un environnement adapté aux usages de travail. Tout en respectant une certaine exigence sur l'espace, la lumière, les matériaux et l'acoustique.

vicky v24/05/2017 20:05

Je pense à une Maison des religions, comme celle à Berne en Suisse.
Une maison qui regrouperait des lieux de culte différents (chrétien, hindou, musulman, juif...). Une moitié de l'espace consacré aux communautés et l'autre aux espaces culturels et d'échanges (cuisines du monde, jeux du monde, danses...). Différents cultes dans un même espace permettrait le partage des connaissances et des cultures et de ne plus avoir peur de son voisin!

Charles Tutin24/05/2017 14:25

Expositions, performances, collaborations avec artistes et curateurs en devenir, création d’un label de musique et d’une agence de booking, mise en place de réseaux collaboratifs nationaux (Nantes, Lyon) et européens (Berlin, Londres) : les jalons posés par Champ Libre sont nombreux et ont vocation à s’enrichir de nouvelles expériences, de tentatives qui prendront tout leur sens dans de nouveaux espaces, de manière à créer un laboratoire unique en son genre, telle une “pépinière de start-ups“ dédiée non pas à l’entrepreneuriat mais à la création.

Champ Libre a ainsi pour ambition de se reconstituer en résidence d’artistes couplée à un espace de recherche, d’expérimentation et de dialogue entre différentes formes d’expression, à commencer par la musique. La perpétuation de la maison de disque, de l’agence de booking, de la promotion des artistes résidents mêlée à la quête d’autres musiciens demeurera le principal moteur, trouvant sa concrétisation au sein même du lieu, lors de concerts et de célébrations festives ayant vocation à se tenir en journée.
Le second axe de développement de Champ Libre, s’il touche principalement au domaine des arts plastiques, ne se limite pourtant pas qu’à lui. Il souhaite avant tout étudier la transversalité entre les formes d’expression et de création, explorables à l’envi au cours de colloques et masterclasses croisées et d’entreprises de mise en commun des techniques et domaines artistiques, et dont le champ se nourrira d’autres outils d’analyse et de perception du monde contemporain comme les langages (visuel, sonore, gestuel, verbal, mathématique, informatique), les sciences humaines et leurs méthodes ou encore les techniques scientifiques.

Champ Libre a pour objectif de s’inscrire durablement dans le paysage remodelé du Grand Paris, en affirmant son identité unique.

ERIC FRANCOIS24/05/2017 13:04

un centre commercial ?

Ines Blanc24/05/2017 12:01

Avec un tel espace, il faudrait faire un endroit multi-culturel et inter-générationnel! Aménager l'espace et permettre à des associations spécialisés des s'y baser et developper des projets alternatifs et des évènements ouverts au public. On pense bien sur à l'art visuel et auditif, ainsi que des espaces pédadogiques et participatifs, ainsi qu'une caféteria écologique (invendus alimentaires). Egalement permettre de developper une vie de quartier, en promouvant les artistes, entrepreneurs, et jeunes locaux, en regroupant les habitants par exemple via des discussions sur l'évolution du quartier conjointement avec les élus municipaux, ainsi qu'une boutique revendant solidaire des objets utilisés.

marc LELIEVRE24/05/2017 11:47

Bonjour
je suis agent de la ville éducateur et danseur de tango
j'imaginerai bien une Milonga (Bal de Tango argentin ) permanente dans un lieu avec des parquets.
Il faut que le lieu ne dérange pas les voisins et qu'il soit accessible jusque tard dans la nuit ?
(les danseurs de tango sont des couche-tard )
Marc Lelievre

Leila BELANGEON24/05/2017 10:53

Création d'un laboratoire d'expérimentation artistique pluridisciplinaire ouvert à tous.

Eduard Rodriguez-Villaescusa24/05/2017 09:03

Centre Hacker de la ville de Paris : Centre de formation, de création et d'expérimentation cyber, jeux, logiciels, applications app...etc. Cet espace pourrait être le plus grand incubateur de talents liés aux nouvelles technologies. Grâce à un système de loyer gratuit des lieux de travail (renouvelables tous les deux ans), le locataire s'engagerait à fournir des services ou des brevets à la ville

Proposer une idée

Nous vous invitons à poster votre contribution en remplissant le formulaire ci-dessous. Maintenant, c’est à vous.

#reinventerparis